mardi 4 mars 2008

dérives anti-démocratiques

Le suffrage universel et les référendums populaires gênent certains dirigeants politiques. Plusieurs exemples peuvent être cités :

Vous avez voté "non". Ce n'est pas grave : le parlement re-vote "oui" pour vous !
55% des électeurs Français ont voté contre le projet de constitution européenne en 2005 (et pas contre l'europe !). Ce n'est pas grave, on fait revoter le même texte par le parlement (88% pour le "oui"). Et en même temps, on explique aux Français que ce n'est plus une constitution mais un "mini traité", un "traité simplifié" ou finalement le "traité de Lisbonne".
Et tout ceci "pour des raisons de consommation politique" comme le dit judicieusement Alain Minc (le conseiller officieux du président Sarkozy) dans un entretien accordé à EuroNews.

Quand la Constitution gêne le président de la république

En vertu de l'article 5 de la Constitution Française, le président de la république en est le gardien :
« Le Président de la République veille au respect de la Constitution ... »
Pour pouvoir appliquer (dès maintenant) sa loi sur la rétention de sureté, le président de la république a demandé au plus haut magistrat de France de lui donner un conseil sur le moyen de violer la Constitution.
Lire l'analyse de Dominique Rousseau dans Politis du 28 Février 2008.

Des machines à voter = des machines à frauder ?
La modernité c'est le progrès ? Pas toujours !
Sous prétexte de gagner quelques heures lors du dépouillement, on jette le doute sur ce qu'il y a de plus important dans une démocratie: le résultat des élections.
La transparence de l’urne, la présence d’assesseurs dans le bureau de vote et la participation des électeurs au dépouillement, qui sont les meilleures garanties de la sincérité d’un scrutin, vont disparaitre pour à peu près 1,5 millions d'électeurs Français qui vont utiliser des machines électroniques pour choisir leurs élus et maires.
Sur ces 1,5 millions de citoyens, une grande partie se trouve dans des villes dirigées par la droite dans seulement deux départements : les Hauts de seine (
dont le Président du Conseil général est M. Devedjian, le monsieur "salope"très proche de Sarkozy) et les Alpes Maritimes (dont le Président du Conseil général est M. Estrosi, le monsieur Falcon très proche de Sarkozy).

Voici une démonstration des fraudes sur les machines à voter (voir vidéo ci-dessous)

=> Aux Pays-Bas, les machines à voter ont été suspendues en octobre 2007 à la suite d’un rapport suggérant que seul le vote papier répondait aux exigences imposées par le ministère de l’Intérieur. Et en France, laisserons-nous les maires de droite généraliser ces machines et préparer les scrutins de 2012, 2017, etc ??

Une autre vidéo "très drôle" : ça va rappeler des souvenirs pour beaucoup de gens.



Et oui, le seul espoir c'est le rappel de l'histoire => Ne pas voter pour certains maires pour ne pas "floridifier" la France de 2012

Pour plus d'informations sur les machines à voter, il faut visiter le site des "Citoyens et informaticiens pour un vote vérifié par l'électeur" : http://www.ordinateurs-de-vote.org/

2 commentaires:

Richard a dit…

La deuxième vidéo est effectivement drôle mais le problème des machines à vote en Floride correspondait aux élections de l'année 2000 et pas à celles de 2004
Amicalement

Najib Gadi a dit…

Bonsoir Richard,
Oui vous avez raison.
Mais je crois que la vidéo a été diffusée juste avant les élections de 2004 pour "rappeler" ce qui s'est passé en 2000 entre Bush et Al Gore. Enfin je pense !!
Amicalement
NG