lundi 14 avril 2008

Quand la flambée des prix alimentaires produit des émeutes de la faim

Les émeutes de la faim
Et oui ça commence à occuper une place dans les médias. On commence (dans les pays riches) à parler des gens des pays pauvres qui sortent dans la rue parce qu'ils ont faim ou/et parce qu'ils protestent contre la flambée des prix alimentaires :
40 morts au Cameroun. Deux morts à Abidjan. Un mort en Egypte. Des blessés et des centaines d’arrestations au Burkina Faso et au Sénégal. 44 blessés par balle à Haïti. Des manifestations à Mexico, au Yémen et à Sefrou au Maroc, etc. etc.


Les causes de cette flambée des prix sont multiples, parmi lesquelles :

- La spéculation à la bourse de Chicago : pour absorber leurs pertes liées à la crise immobilière américaine (crise des subprimes), les traders se reportent maintenant sur les matières premières agricoles. Après quelques émeutes, l'Égypte a annoncé le jeudi 27 Mars 2008, l'arrêt temporaire de ses exportations du riz. Le vendredi 28 Mars 2008, le prix du riz dans la bourse de Chicago a augmenté de 30%.
Voici les chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) concernant la hausse des prix alimentaires (entre Mars 2007 et Mars 2008) :


- L'industrialisation des agro carburants : le bio-éthanol et le bio-diesel. C'est à dire qu'on préfère bruler du Maïs ou du blé pour remplir le réservoir de sa voiture pendant que des gens crèvent de faim. Comme il le dit bien Jean Ziegler (rapporteur spécial des nations unis pour le droit à l'alimentation), c'est un véritable crime contre l'humanité.

et
- Les plans d'ajustement structurels du FMI et de la Banque Mondiale :
En échange des prêts accordés aux pays en voix de développement, le FMI et la Banque Mondiale obligent ces pays à respecter leur politique de "récupération des couts". C'est à dire libéraliser des secteurs comme l'agriculture (entre autres) pour permettre à des investisseurs étrangers de venir s'y installer et obliger ces pays à orienter leurs production de matières premières d'exportation. Pour les experts de ces deux institutions, les pays tropicaux, semi-tropicaux ou semi-arides n'ont pas intérêt à cultiver du riz (par exemple). Pour ces experts, le riz doit être cultivé en Thaïlande ou en Viêtnam (avantages naturels).
Le petit documentaire de la BBC (Quand le FMI fabrique la misère) ci-dessous montre l'exemple du Ghana qui, à cause des suppressions des subventions locales imposées par le FMI et la Banque Mondiale, dépense maintenant 100 millions de dollars par an pour importer du riz des états-unis.

Suppressions des subventions locales aux paysans, libre échange, spéculation sur les matières premières. Il est temps que ça s'arrête.



Le FMI et la Banque Mondiale : la sélection naturelle passe par la survie du plus fort (darwinisme économique)

4 commentaires:

Nathalie a dit…

C'est très bien ces infos !
Voici (pour compléter) un entretien, publié hier dans le journal libération, avec Jean Ziegler (que vous citez ici) qui montre comment la production massive d'agrocarburants provoque l'envolée des prix alimentaires mondiaux.
http://www.liberation.fr/actualite/
evenement/evenement1/321064.FR.php
Nathalie

claude a dit…

Bonsoir,
Effectivement, les politiques de la banque mondiale et du FMI, j'ajouterais l'OMC aussi, constituent une des causes majeures du désastre actuel.
La vidéo est très intéressante mais ce n'est qu'une partie du documentaire. On peut trouver le reste (la suite) sur internet.
Cordialement
CP

Olivier Colas a dit…

Bonsoir Najib,
Je viens de découvrir votre blog que je trouve très intéressent. J'ai acheté le dernier Monde Diplomatique (du mois de Mai) et il y a un article de Serge Halimi dont le titre est "FMI-FAIM- qui reprend, entre autres, les politiques du FMI et de la Banque Mondiale dans les pays du Sud et leurs influence (indirecte) sur la flambée des prix alimentaires que nous vivons actuellement.
A très bientôt
Olivier Colas

Najib Gadi a dit…

Bonjour,
Merci Olivier pour votre mot et merci à Claude et Nathalie aussi.
Oui j'ai lu l'éditorial du Monde Diplo. Je pense que c'est très important de comprendre les choses en prenant un peu de recul. C'est ce que Serge Halimi a essayé d'expliquer avec succès...
Cordialement
Najib Gadi