lundi 11 février 2008

Le père, le fils et l'épouse du père

"Jean m'a tué". C'est ce qu'il aurait dû déclarer à la presse David Martinon le candidat, il y a encore un jour, à la mairie de la plus bourgeoise des banlieues parisienne.

Le saint protégé de l'ex-épouse est lâché par le fils après avoir été lancé par le père.


Le fils s'appelle Jean Sarkozy (21 ans); c'est lui qui, en 2006, s'est fait voler son scooter, retrouvé dix jours plus tard par la police grâce à des tests ADN. C'est lui qui est attendu par la justice en juin prochain (à cause du même scooter) pour délit de fuite après avoir percuté une voiture Place de la Concorde.
Le fils, c'est lui qui vient de déclarer au sujet de la campagne municipale de David Martinon à Neuilly :

«Quand on va dans le mur en klaxonnant, mieux vaut changer de direction».

Franchement je la trouve géniale cette phrase. Il aurait dû la dire à papa plutôt. Le papa qui vient de se marier avec Carla l'italienne; Carla qui trouve les Français "minables", "négatifs" et obsédés par rapport à leurs langue; Carla la top modèle qui a déclaré le 19 janvier dernier au journal britannique Daily Mail qu'elle n'avait pas voté aux dernières présidentielles parce qu'elle ne se sent pas du tout française : "Je ne suis pas du tout française. Je n'ai pas de passeport français, j'ai un passeport italien"

Quand au papa, il chute encore dans les sondages. Ces Français "négatifs" ne lui font confiance qu'à 39% selon le dernier baromètre d'IPSOS.



"Pour être libre il faut être informé"
Voltaire

1 commentaire:

Pascal a dit…

Les déclarations de Carla Bruni accordées au Daily Mail n'ont rien à voir avec le dernier entretien accordé au magazine l'Express. Elle s'adapte bien à la presse Française en tout cas !